Thé traditionnel

Thé Marocain

 

Au Maroc le thé est bien plus qu’une simple boisson chaude.


Apparu en Chine il y a plus de 5000 ans, c’est vers le IXème siècle que le thé fait son entrée dans le pays pendant le règne du Sultan Moulay Ismaïl. C’était à cette époque une boisson rare réservée uniquement au Sultan et aux gens nobles.

C’est pendant la guerre de Crimée en 1854, lorsque la compagnie des Indes transféra vers les ports marocains une grande quantité de thé vert, que son usage se généralise dans tout le pays.  Les ports marocains étant très proches de Gibraltar furent nommés pour le transfert du produit au Maroc. Les comptoirs de Tanger et de Mogador (Essaouira) constituèrent les plaques tournantes du commerce du thé qui devint progressivement une boisson populaire.

Le peuple marocain a tout de suite bien accueilli le thé car il comblait un vide, il remplaça les tisanes de plantes, le vin (interdit par la religion), et le café (qui était trop cher et peu répandu). Le mariage entre le thé, la menthe verte, le sucre et la théière allait faire le bonheur des gens et la fortune des marchands.

Il aura fallu à peine un demi-siècle pour faire de ce thé la nouvelle boisson du peuple marocain et sahraoui.

Il a été pendant longtemps importé d’Asie, il est maintenant cultivé localement dans la plaine du Loukkos qui produit aujourd’hui 10% de la consommation nationale.

La production de la menthe verte a connu elle aussi la même évolution.

« Le premier verre est aussi doux que la vie. Le deuxième est aussi fort que l’amour. Le troisième est aussi amer que la mort. » — Proverbe touareg à propos du thé.